Reborn-RPG-Family

Venez vivre L'aventure de Kateikyoushi hitman reborn dans l'arc du futur
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Abyssio Decimo, Gorofano Moira...

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Abyssio Decimo, Gorofano Moira...   Mer 18 Aoû - 19:53

    « Données principales »

    Nom : Gorofano
    Prénom : Moira
    Age : Seize ans (et accessoirement trois mois)
    Flamme : Ciel... Et un peu de Nuage aussi
    Famille & Grade : Candidate au titre de Dixième Abyssio
    Rang désiré : Abyssio Decimo / Voyageuse des Abysses / Adhérente à la ligue de protection des hamsters

    « Physique »
    Tous les matins, le même enfer. Moira se regarda dans la glace de la salle de bain à six heure du matin – Minute – 10 avant le boycotte du lieu par les Abyssio. Elle détestait ses cheveux, ses longs cheveux blonds qui étaient qualifiés de « magnifiques » mais qui étaient une horreur à coiffer. Toujours pleins de nœuds. Mais au bout de vingt minutes, elle en avait finit. Par habitude, elle les attacha en deux couette hautes – le dernier qui avait osé qualifier sa coiffure d’infantile avait mal fini, allez savoir pourquoi. Se regardant dans le miroir, elle soupira. Les cernes étaient si visibles sous ses yeux bleus. Hier soir, Zack – qui s’était autoproclamé son tuteur jusqu’à ce qu’elle devienne la chef d’un famille de mafieux (ce qui, soit dit en passant, était tout, sauf une carrière envisageable) avait organisé une soirée pour son seizième anniversaire, aidé de ce qui avaient acceptés de devenir les gardiens de la dixième du nom.
    « Plus… Jamais… » se promit-elle à elle-même.
    Mais jusqu’alors, elle n’avais jamais réussit à contrecarrer le bébé dans ses plans. Et tout ce qu’il approuvait subissait le même sort, comme hier quand Takashi a essayé de nourrir Gilbert le hamster avec de la viande avec la ferme intention d’en faire une arme contre les ennemis de la famille. Entre autre. Les autres ont fait pire.
    Ses cernes étaient si profondes… Elle décida d’utiliser du maquillage pour les dissimuler en grande partie. Et si jamais ça ne suffisait pas, les lunettes à teinte bleuâtre qu’elle aimait porter (ou plutôt qu’elle avait prit l’habitude de porter la nécessité.)
    Son reflet avait une allure acceptable à présent, à deux minutes de l’arrivée des squatteurs dans la salle de bain. Moira sortit des lieux calmement en direction de sa chambre où elle entreprit de fouiller sa commode. C’est devant le miroir de taille humaine que supportait le mur qu’elle entreprit de vérifier son apparence, ignorant les cris provenant de la salle de bain que Killian essayait de défendre avec un lance grenade – elle s’était toujours demandé en quoi avait pu être faite la salle de bain pour qu’elle résiste à ce genre d’attaque – face à Lélia qui insistait pour avoir le droit se prendre sa douche en première. Pas besoin d’y être pour savoir que le tout se passait devant les yeux d’un Arcobaleno qui sirotait son whisky avec l’autre dégénéré mental. Encore une fois, la simplicité avait prédominé dans son style vestimentaire. Une veste sombre mise sur un haut clair au dessus d’un pantalon de bonne facture noire restant. Le choix sobre ne mettait pas trop en valeur la pâleur de sa peau. Moira finit de remettre en ordre sa frange avant d’attraper son sac posé sous son bureau et partir au lycée, elle savait parfaitement qu’une autre bande de fous la retrouverait sur son chemin ou un peu plus tard, pendant sa journée. Son seul vœux se matin là fut de ne pas finir ratatinée en cours de sport par un plaquage au rugby par un gros lourdaud, face auquel elle ne pèserait pas grand-chose avec ses 50 kilogrammes pour 1m62.

    « Mental »
    Contrastée et contradictoire. Ce sont les deux mots qui reviennent le plus souvent lorsqu’on parle d’elle. Et ce, quelle que soit l’époque que l’on évoque. Cela explique sans doute le faire que sa flamme incarne à la fois le ciel et le nuage, bien que ce dernier soit moins présent.
    Depuis son enfance, elle avait été quelqu’un d’individualiste – préférant travailler en solitaire, évitant autant que possible les sports et loisirs d’équipe et extrêmement hostile à toute nouvelle présence dans son entourage bien fermé. C’est pour cela que généralement, personne ne l’approchait vraiment, à moins que les concernés soient vraiment tenaces et obstinés. Comble de l’ironie, Moira – si autoritaire et calme d’apparence – se révèle alors être quelqu’un d’émotif et… souriant, adepte des blagues mauvais goût (encore qu’elle le cache bien) et à l’imagination débordante, bien que parfois étrange. Ces mêmes personnes qui réussissent à l’approcher sont aussi celles qui lui ont permis de s’ouvrir au monde pendant son adolescence.
    Mais Moira a toujours mit un point d’honneur à ne dépendre de personne, se servant souvent d’excuses la faisant passer pour quelqu’un de rationnel et sans émotions. Pourtant, cette fille qui renie le plus souvent les liens qui l’unissent aux autre est la première à réagir pour les tirer d’un mauvais pas – mettant même sa propre vie en péril parfois. Mais ça, c’est une chose qui se retrouve chez la plus part des ceux qui sont devenus ses gardiens, à l’image de Takashi. On peut aussi souligner le fait qu’elle déteste se sentir inférieure à ses opposants, dégoût qu’elle dissimule aisément.
    Plus que tout, elle aime les jeux de logiques, dans sa chambre, sa bibliothèque compte deux étagère de livre dédiés à ce passe temps, les autres sont soit remplie par quelques manuels divers et des romans de fantasy, énormément de romans de fantasy. Un jour son professeur particulier lui a demandé pour quelle raison avait-elle choisit à l’origine de faire des études scientifique.
    Même un Arcobaleno a décroché pendant l’argumentation si imagée et solide de Moira sur l’insert du merveilleux pour un esprit logique et sain. Il est sortit de la chambre fermement convaincu par la thèse du potentiel dixième boss des Abyssio, mais avec l’impression d’avoir subit un lavage de cerveau.

    « Par le passé »
    Depuis un moment, on a découvert l’existence de monde parallèle, autant qu’il existe de choix en vérité, autant qu’il existe de bifurcation possible pour le court de l’histoire. L’univers dont les Abyssio sont issus n’est qu’un de ceux qui existent depuis la naissance du Vongola, premier du nom, et de sa jumelle. Bien sûr dans ce monde-ci, il ne s’agit pas de la vérité mais ce fut le cas dans le passé de l’univers dont on parle. La jumelle du fondateur d’une famille puissante avec à vrai dire, un caractère loin d’être doux, mais plutôt entêté et imposant. Ainsi, elle refusa d’abandonner son frère dans la voie de l’ombre et emprunta un chemin guère différent. Elle fut à l’origine d’une autre famille, Abyssio, tirant sa force des abysses. Cette femme alla même jusqu’à créer un équivalent de la Tri-ni-sette d’où sont issu les bagues de sa propre famille.
    Bien des années plus tard, au vingt-et-unième siècle se fit le choix des prétendants au titre de dixième du nom des Abyssio. Parmi ceux-là, on put retrouver le nom de Gorofano Moira, une italienne qui ne fut pas considérée comme la favorite. A l’époque. C’était il y a deux ans.
    Ce même jour, dans le monde de l’ombre, différentes personnes se sont vues attribuées pour mission de s’occuper de chacun des quatre descendants de l’Abyssio Primo. Cependant l’un des tuteurs préféra changer de protégé sans que personne ne comprenne pourquoi.
    Le lendemain, Moira vit débarquer bébé chez elles pour quelque obscure raison. Son père semblait aux anges tandis que sa mère était bien trop occupée à sourire devant ce qui semblait être un enfant répondant au nom de Zack, mais qui s’avéra être un tortionnaire comme dans les romans les plus tordus à tendance humoristique. Ce gamin – a qui, à partir de ce jour là, la famille des Gorofano offrait un toit – s’est proclamé son tuteur dans le but qu’elle devienne la menant de la dixième génération, ou plus exactement la dixième boss d’un famille mafieuse.
    Le début de l’enfer, et on se demande pourquoi elle n’aimait pas le gosses.
    Le lendemain, le bébé prit sa vie en main sans qu’elle ne puisse le comprendre. Quelle ne fut pas sa surprise lorsqu’elle trouva dans le radiateur à côté duquel elle aimait s’installer au lycée ! Et elle reçut les résultats d’une interrogation écrite en biologie qui étaient bien trop bas. Son tuteur lui a fait remonté sa moyenne au prix d’un séance de révision bien sadique. Depuis, elle avait toujours fait attention à ce que ses notes ne soient jamais en dessous de quinze sur vingt. Le plus effrayant, c’est que personne ne se rendait compte de la présence anormale de Zack un peu partout où elle allait ! Et les situations extraordinaires s’enchaînaient, jour après jour sans aucune logique.
    Moira remarqua très vite que l’enfant qui se prétendait être le plus grand mafieux que la terre n’avait jamais porté, estimait son entourage. Notamment deux personnes avec qui elle avait sympathisé que l’enfant déclara part de la famille.
    Allez savoir pourquoi, cela ne la fit pas du tout rire, peut-être que lui expliquer ça alors qu’on la forçait à apprendre le style de défense à mains nues russe n’était pas la meilleur des idées. Puis il y eu ces squatteur sortant de nulle part qui avaient eux aussi élus domicile chez elle et qui lui pourrissaient sa vie privée. Sa maison était remplie, mais en plus ses nouveau amis s’invitaient chez elle sans crier gare ! Son lieu de vie était devenu un véritable carrefour du monde mafieux, raison pour laquelle elle faisait de plus en plus d’escapade dans la nature, non loin de la ville, sans se douter que ce serait un prétexte idéal pour Zack d’organiser un entraînement surprise.
    Cette vie dura un bon moment, jusqu’à ce que l’enfant lui annonce qu’ils allaient déménager au Japon. Génial !
    Elle comprenait à présent pourquoi cela faisait un mois qu’elle devait gober des bouquins sur la langue nippone alors qu’elle n’en voyait pas l’intérêt.
    Elle emménagea dans une ville paisible et calme. A quelques détails prêt – les nouveau arrivants ; elles, sa famille, les squatteurs et ceux qui avaient étés forcé de déménager ici par le bébé : qui devraient former plus tard sa nouvelle famille. Elle dû s’habituer au rythme japonais des lycées, bien que ce ne fut pas nécessairement dur. Par contre elle avait de très bonnes notes en italien, seul point réellement positif de l’histoire. Le bébé devenait de plus en plus morne au fur et à mesure du temps, comme préoccupé.
    Les « entraînements » se renforcèrent dans leur aspect « épreuve de survie ». Moira ne comprenait pas vraiment comment elle réussissait à rester vivante, et elle devait avouer que les blancs dans sa mémoire au court de ces événements se multipliaient. Et l’enfant avait un comportement de plus en plus étrange. Au début de l’hiver, Zack disparu une semaine durant, mais les squatteurs restèrent quand même. Lorsqu’il revint, ce fut avec un coffret dont l’utilité paraissait inexistante.
    Ce soir-là, ce fut le premier discours de l’enfant que Moira prit malgré elle, au sérieux.
    L’Arcobaleno lui expliqua ce qu’étaient les différentes affinités, ce qu’était les ciel et ce que représentaient les anneau d’Abyssio. Et il lui fit nettement comprendre qu’elle était la descendante d’Abyssio Primo, et futur dixième du nom en temps que tel.
    Mais Moira avait cru être dans un rêve aux allures de cauchemars et ne prit réellement conscience de la situation le lendemain, quand elle réalisa qu’autour de son cou, il y avait un chaîne avec une vague, celle du Ciel. A partir de là elle essaya de faire tout ce qu’elle pouvait pour éviter un désastre, mais trois autres bagues avaient déjà étés distribuées. Deux à ses amis venus d’Italie, la troisième à un camarade de classe du nom de Takashi.
    Peu après les Millefiore attaquèrent les nouveaux porteurs de bagues. Lorsqu’elle arriva, ses amis étaient déjà dans un état lamentable face à certains hommes. La fuite semblait être la meilleure solution – pour elle, non pour eux. Ce qui l’aida à ce moment là fut la bague qu’elle portait autour du cou – celle dont elle n’avait pas réussit à se débarrasser. Cet anneau sembla lui parler et lui indiqua la marche à suivre pour pouvoir se battre, avant de s’illuminer d’un feu orange.
    Elle se réveilla dans ce qui semblait être un hôpital salement amochée, ses derniers souvenirs brumeux. Mais la plus part de ses blessures étaient superficielles. Le soir même, elle revit ceux qui seraient appelés à devenir ses gardiens et essaya de les dissuader de porter les bagues, de s’en débarrasser, en vain.
    Ces imbéciles avaient choisi d’être ses gardiens de pluie, tempête et foudre, et elle n’y pouvait rien.

    A partir ce moment-là, elle avait décidé de devenir un boss capable protéger ses subordonnés. Sur un coup de tête ? Presque. La frustration de s’en être sortie que difficilement face à quelques sbires des Millefiore l’avait rendue folle. Et elle avait commencé à voir ce gamin de Zack, cet Arcobaleno d’un autre œil. Et elle acceptait sans rechigner les entraînements et les rares explications qu’il lui donnait au sujet du monde mafieux, distribuant les information au compte goutte la plus part du temps et refusant de répondre à un grand nombre des questions.
    « Zack, tu m’as cité sept Arcobaleno… S’il ne doit y en avoir qu’un par affinité, pourquoi es-tu le huitième ? » n’est que l’une des nombreuses questions auxquelles l’enfant à la tétine blanche refusait de répondre. Parallèlement, elle savait que ses amis étaient entraînés par des connaissances de Zack, mais elle n’avait pas à en savoir plus.
    Parallèlement, elle était fascinée par sa bague, qui semblait avoir une conscience propre. Moira apprit plus tard que ces objet décidaient eux-mêmes de leurs porteurs et avaient refusé d’obéir aux autres prétendant au titre de dixième génération. Pourquoi ? Allez savoir.
    Puis elle rencontra l’Alliance, ou du moins l’un de ses représentants, le chef des Vongola en personne. Elle s’était présenté sans avertir personne – sauf ce bébé mais de toute manière il savait toujours tout lui ! – et Moira mit un peu de temps avant de réaliser qui s’était. Différentes familles étaient alliés pour s’entraider contre les Millefiore, les même si garantissaient une relative sécurité dans ce patelin paumé qu’était Namimori où vivait la prétendue dixième génération des Abyssio. C’était donc la raison pour laquelle les Gorofano pouvaient rester dans la ville sans craindre grand-chose ou presque.
    L’adolescente resta silencieuse durant la plus grande partie de la discussion, sirotant une boisson dans le parc. A vrai dire sa première véritable réaction fut le cri de surprise qu’elle poussa en attendant la proposition du Vongola.
    N’était-elle pas déjà l’élève de Zack, un Arcobaleno ?
    Ce même bébé l’encouragea à accepter, usant pour argument le fait que les Millefiore gagnent trop vite de puissance et que sa famille partielle devait en faire de même. A vrai dire, si les temps n’étaient pas aussi critique, elle n’aurai pas du voir les bagues avant un ou deux ans, le temps que sa famille soit… complète.
    Elle quitta Namimori peut après son seizième anniversaire, avec le reste de la bande. Ayant bien progressé dans le domaine du combat, hélas.
    Mais les Bovini trahirent l’Alliance et s’en prirent directement à une partie des Abyssio un soir. Ce même soir, Takashi décida d’endosser le rôle de bouclier humain. Depuis lors, il disparu sans laisser de trace.
    ***
    « Decimo ! »
    Moira ouvrit les yeux et se redressa en position assise sur son lit en entendant Gustavo l’appeler. Elle commençait à s’habituer à ce titre qu’on lui avait imposait, peut-être l’aimerait-elle un jour ? Cela faisait quelques semaines qu’elle affichait une mauvaise mine, comme les autres, puis le départ de son gardien de la tempête, depuis que la culpabilité la rongeait. Au contraire, le visage du scientifique était radieux. Une bonne nouvelle ? Importante en tout cas, elle avait interdit à quiconque de la déranger à moins qu’il y ait un événement de taille. Lle toisa le grassouillet personnage, l’invitant à continuer le flot de ses paroles.
    « On a réussit à identifier la cause de la disparition de votre gardien, et on croit même avoir trouvé un moyen de le ramener ! » sourit l’homme de toutes ses dents.
    La dixième du nom se leva et arbora un air surpris sur son visage. Lorsque Gustavo l’invita à le suivre dans la salle des expérimentations, elle emboîta le pas sans même se poser de questions. Une seule se répétait dans son esprit : « Etait-ce le monde réel et non pas un rêve ? »
    Elle arriva dans une salle occupée par des machines qu’elle ne connaissait pas forcément, au centre il y avait un grande table au dessus de laquelle était installée un vidéo projecteur au plafond, réglé pour atteindre le mur blanc près de la porte. Sur la table il y avait une chose qui ressemblait fortement à un bazooka des dix ans, à quelques détails près. Comme celui qui tira sur Takashi. Gustavo, et deux autres scientifiques entreprirent de lui expliquer certaines choses par des termes techniques et pas toujours compréhensible qui pouvaient aisément être résumés en deux phrases : « Le bazooka des dix ans est prévu pour envoyer quelqu’un dans le futur qui semble être le plus probable au moment du tir, donc il existe plusieurs futurs possible. » et « Le bazooka modifié a pour effet d’envoyer la personne dans une autre dimension, crée à cause d’un différent passé. ». Tout le discours était illustré grâce à certain schéma qui expliqua la création d’un tel instrument, d’une telle arme. Du coin de l’œil, Moira vit Zack entrer dans cette salle située dans un sous-sol.
    « En avez-vous parlés aux autres gardiens ? » demanda-t-elle.
    Réponse négative. Un sourire étira ses lèvres, « Bien ». Elle fit jurer aux hommes de ne jamais parler de ces recherches aux autres membres de sa famille. Zack la regarda calmement. « C’est inconscient ce que tu fait, j’espère que tu le réalise. » Elle sourit, la réponse était évidente. « Si je ne revient pas d’ici un mois, pourras-tu expliquer la situation aux autres ? » Arcobaleno semblait fortement absorbé par la contemplation d’un bazooka. « A condition d’être encore en vie… Si c’est le cas, ils sauront. »
    Sur ces mot, l’italienne entreprit d’explorer les dossier numériques des scientifiques sur l’ordinateur allumé à sont intention, elle stocka toutes les donnés utiles sur une clef qu’elle rangea dans sa poche puis entreprit de régler le bazooka au centre de la salle afin de déclancher un minuteur. Le bébé lui donna un petit coffret puis sortit de la pièce et le tir fut.

    Sincèrement, c’était horrible comme sensation, mais elle ignorait comment pouvoir le décrire, hélas.

    Lorsqu’elle se réveilla, elle était allongée sur le sol froid d’un entrepôt, enfin ce qui semblait être un entrepôt à première vue. Elle se releva chancelante avec un certain mal de crâne. Elle palpa ses vêtements dans un geste instinctif pour vérifier qu’elle avait bien tout sur elle, sa bague, ses trois boites accrochées sur sa ceinture et la clef USB était toujours dans sa poche. Un poids s’envola de ses épaules. Et le sac dans sa main, elle le mit dans sa poche arrière.A présent elle n’avait qu’un mois pour retrouver cet imbécile de goinfre, sinon ses gardiens prendraient eux aussi des risques inconsidérés… Il y avait déjà suffisamment de suicidaires dans sa famille.
    Elle sortit de l’entrepôts à tâtons et fut surprise de se retrouvée encerclée par des hommes issus de la famille des milles feuilles, attirés par la décharge d’énergie provoquée par son transfert.
    « Hey toi ! »
    Ah… D’habitude c’est « Tu vas morfler Abyssio !! » Etrange… Elle décida humblement de prendre la fuite, la chance était son alliée. Elle ne comprit jamais comment elle réussit à semer ses poursuivants, eux non plus d’ailleurs.
    Géographiquement, il s’agissait du même monde… en fait, tout paraissait identique. Mais aucun moyen ne lui permit de contacter sa famille.
    Comme si elle n’avait jamais existé.

    Sur cette triste constatation, Moira partit pour le Japon, vers le lieu ou avait disparu son gardien de la brume, se débrouillant avec les moyens de bort. Avec un peu de chance Takashi est réapparut au même endroit où il a reçut le tir, mais dans ce monde-ci. Par chance, les Millefiore ne la connaissait pas, et ne l’empêchaient pas de se mouvoir comme bon lui semblait.
    Le temps qu’elle réussisse à arriver à destination, il ne restait plus que trois semaine avant la fin de l’échéance. Jusque là, elle ne pouvait compter que sur elle-même, sa bague et ses boites armes.
    … Ainsi que sur la Providence qui pourrait mettre de nouveau gardiens sur sa route, correspondant aux bagues que Zack lui avait donné dans un sac.

    « Au combat »

    Boîtes :Moira en possède trois, deux du ciel et une dernière du nuage. Cette dernière sert de feinte pour ceux qui ne la connaissent pas. Il s’agit d’une boite à base de lierre que Moira qualifie d’ « alternative pacifique ». En effet, la fonction première cette boîte est d’immobiliser les ennemis, la plante envahissante permet de rapidement faire cela, donc de ligoter comploteuse les indésirable… mais elle peut aussi les étrangler… Mais cette option est rarement utilisée pour pouvoir qualifier la boîte de « pacifique ». La seconde, celle du ciel prend la forme d’un loup majestueux qui peut utiliser le pouvoir de l’harmonie en hurlant. La troisième et dernière boite est une armes qui prend la forme d'une longue rapière finement travaillée qui peut utiliser le pouvoir de l'harmonie pour "infecter" une plaie", c'est l'arme de prédilection de Moira.
    Autres armes :Sa tête, dans le sens le plus complet du terme… Elle est très dure vous savez…. Ses chaussures peuvent utiliser la flamme de dernière volonté comme moyen de propulsion et enfin ses lunettes ont diverses fonctions bien utiles que l’on peut utiliser grâce à des commandes vocales – entre autre, on pourrait cite l’option détecteur de flammes, GPS, TV…
    Style de combat :A mains nues, elle pratique le sambo, sport réputé pour sa polyvalence et qui théoriquement peut la défendre face à n’importe quel type d’attaque ou presque. Sinon, elle a d’autre tactiques de base, la première étant la fuite, la seconde étant du génocide à l’état pur (mais celle-ci n’est disponible que face à quelques sbires de mauvais qualité) quant à la dernière. Elle se décompose en deux partie ; la première bien que longue parfois consiste à jouer sur la défensive : analyser les type de mouvement de l’ennemi et son style de combat. Et s’en suit la contra attaque éclair, basée sur la vitesse, visant à surprendre l’adversaire et le mettre K.O. et quelques brefs coups rapides et puissant.

    « Vous »
    Prénom : Hum... Tant qu'à faire. Karina
    Age : Dans les quinze
    Comment avez-vous connu le forum ? Un ami m'a fait de la pub et voulait que je m'inscrive pour avoir une couleur. Puis je suis passé sur le forum, et d'après ce que j'ai pu en voir, ça m'a motivé à m'inscrire.
    Depuis combien de temps faite-vous du Rp ? Un bon moment, mais j'ai arrêté. Puis repris il y a quelques mois de cela.


Dernière édition par Garofano Moira le Jeu 19 Aoû - 1:23, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Abyssio Decimo, Gorofano Moira...   Mer 18 Aoû - 20:52

Boss ! Tu es làààààààààààààààààààààààààààààààààààààààà ! *méga super gros câlin de la mort qui tue Chuck Norris*
Revenir en haut Aller en bas
Matthew Fuyu
Aspirant Gardien de la Brume fou Gioiello
avatar

Messages : 85
Date d'inscription : 19/10/2009

Feuille de personnage
Flamme: Brume
XP:
6/100  (6/100)
Yen: 1500

MessageSujet: Re: Abyssio Decimo, Gorofano Moira...   Mer 18 Aoû - 22:05

    Alors comme ça voila donc la fameuse boss =)

    Je lirais le tout une fois ta présentation entièrement terminée, et de là, avec le reste du staff nous verrons si ta présentation est suffisante pour créer une famille. Un petit point me gêne un peu ceepndant.

    Citation :
    Comment avez-vous connu le forum ? Un ami m'a fait de la pub et voulait que je m'inscrive pour avoir une couleur.

    J'espère que malgré une telle raison tu ne t'inscrit pas QUE pour cela et que tu compte bel et bien être active.

    Bon courage à toi pour la fin de ta fiche !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Abyssio Decimo, Gorofano Moira...   Mer 18 Aoû - 22:08

Non, pas vraiment. Mais ce fut la raison pour laquelle je suis tombée sur le forum. Et ce qui arrivé après (le fait que ce site m'ait plus) est une conséquence. Mais je vais le préciser.
Et oui, je serait active, juré.
Merci pour le message d'encouragement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Abyssio Decimo, Gorofano Moira...   Ven 20 Aoû - 12:13

Voilà, terminé...
Par contre je m'excuse de passer si rapidement au niveau de l'histoire. Mais d'un côté, si je pars trop dans les détails, je devrais "finaliser" les personnages évoqués ce qui ne serait pas une bonne idée.

... Je hais faire des doubles post quand même.
Revenir en haut Aller en bas
Sky Manson
Aspirante Paraine Folle et Déjantée Gioiello
avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 18/10/2009

Feuille de personnage
Flamme: Ciel
XP:
5/100  (5/100)
Yen: 4000

MessageSujet: Re: Abyssio Decimo, Gorofano Moira...   Ven 20 Aoû - 15:30

Bien, bien. J'ai lu ton histoire (en diagonales X) ) et je tiens à te dire que moi, je suis tout à fait d'accord pour que tu sois validée. Donc une voix pour toi.


Si Matt est d'accord, il faudra que tu fasse une description de ta famille. Tu peux t'aider de celle que j'ai faite. Mais, il faut que tu sois validée bien sur Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Abyssio Decimo, Gorofano Moira...   Ven 20 Aoû - 16:40

Une voix pour moi ! Pas de problème pour la description, je m'y mettrais ce soir... S'il faut, je ferais même un historique retraçant les événements jusqu'à la neuvième génération... (... nan tout compte fait je ne sais pas si j'en serais capable) Reste plus qu'à me motiver.
Revenir en haut Aller en bas
Matthew Fuyu
Aspirant Gardien de la Brume fou Gioiello
avatar

Messages : 85
Date d'inscription : 19/10/2009

Feuille de personnage
Flamme: Brume
XP:
6/100  (6/100)
Yen: 1500

MessageSujet: Re: Abyssio Decimo, Gorofano Moira...   Ven 20 Aoû - 20:33

[list]Et Matt viens donner son accord oo Désolé pour le temps que j'ai mis à venir ! Je créer de suite votre famille ! Bon courage pour la description de ta famille !|/list]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Abyssio Decimo, Gorofano Moira...   Ven 20 Aoû - 20:43

Merci encore.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Abyssio Decimo, Gorofano Moira...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Abyssio Decimo, Gorofano Moira...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» MOIRA ◊ « L’oeuvre de la nature est bien plus difficile à comprendre que le livre d’un poète. »
» Tsuna's Relationship - Vongola Decimo
» MARLENE MOIRA HAYWORTH ♦ I used to shine bright like that diamond until that day.
» On apprend à hurler avec les loups. (Jean Racine) [Moira & Dagon]
» [Tampa] Moira & Marley❧ Next step to the future

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Reborn-RPG-Family :: Archives :: Présentations-
Sauter vers: